publicite

La Face nord du Pacifique (1998)

Une épopée maritime

« L’Helvétie prit le bleu
Léman pour l’océan
Sans fin nous voguons
Sans craindre le vent
Sans trembler dans la tempête
Vers de plus vastes horizons

Les cachalots voraces
Les plus cruels
Pirates et requins
Nous suivent à la trace
Et nous les enverrons
Par le fond »

La Belle Usine, depuis quelques années accueille, à intervalles réguliers, les créations délirantes des Vilains Bonzhommes. Les dimensions hors normes de cet espace industriel et son architecture unique, de même que les remarquables installations techniques que nous y avons aménagées, offrent d’infinies possibilités à la création scénique. C’est ainsi que le vénérable bâtiment a abrité successivement un entrepôt de la Mafia, le désert de Patagonie et une très animée place de Vérone. Mais l’océan immense… Le redoutable Pacifique, ses abymes sans fond et ses monstres aquatiques… ? Dans une usine électrique en activité, c’est un tout autre défi… Et pourtant, jamais en panne d’inventions, les Vilains Bonzhommes ont décidé de le relever pour présenter leur dernière création, au printemps 1998.

Les aventures de l’Helvétie

Ils sont plutôt rares les chasseurs de trésors qui s’embarquent à Ouchy… C’est pourtant ce que fait Tom Rebell, le marin helvétique, en partance pour l’île de la Tortue.
Suivant les conseils de Blaise Cendrars, l’arpenteur des songes, il se lance à la recherche du plus somptueux trésor qui se puisse imaginer : celui du fameux pirate Werner Carrey, net de taxes et d’impôts, certes, mais caché au plus profond du Pacifique.
Avec sa fiancée Rêvelyne, il monte à bord de l’Helvétie, un placide et plus que centenairevapeur du Léman. Et dès lors, pour eux et leurs involontaires compagnons de voyage, transportés dans les immensités océanes, se succéderont les aventures les plus échevelées et les plus humoristiques, avec tempêtes, monstres des abysses, pirates, marins d’eau douce, et quelques autres surprises qui donnent du sel aux épopées océaniques.