Les Vilainsbonzhommes: Un long Chemin de Création

 

Une histoire d’amour et de passionUne histoire d'amour et de création

L'aventure théâtrale des Vilains Bonzhommes commence en 1989. Dès le départ, la troupe, emmenée par Paul Maret et Christian Bruchez, décide de tout créer elle-même : les textes, les chansons, les musiques, les décors… Le petit Tom et la Mer , en 1989, plein de rêve, d'humour et de poésie, donna tant de plaisir aux comédiens et aux spectateurs, que les VBZ récidivent en 1991. Les Compotes de Madame Tell , passait à la moulinette les mythes fondateurs de la Suisse. Christian Bruchez signait sa première mise en scène, Josette Taramarcaz sa première scénographie, tandis que Jean-Michel Chappot mettait le tout en musique. Une belle équipe de créateurs était née…

L’invention de la Belle UsineL'invention de la Belle Usine.

Quand ils découvrirent l’usine EOS de Fully, en 1991, Paul Maret, Christian Bruchez et Josette Taramarcaz, furent époustouflés par l’étrange beauté du vénérable bâtiment. Ils décidèrent d'y monter leur prochain spectacle, Cent Morts et des Poussières , au printemps 1992.
A eux s'étaient adjoints Jean Michel Chappot pour la musique, Camille Ançay-Létourneau pour les effets spéciaux, Christine Chappot et Joëlle Schnorhk pour les costumes, entre autres… Les Vilains Bonzhommes transformèrent par la suite, la Belle Usine en désert de la Patagonie pour Quand les Anges avaient des Ailes , en 1994, en place de Vérone, pour Enfin seuls mon amour ! , en 1996. Et même en vapeur du Léman, pour la Face nord du Pacifique , en 1998.

Ces créations ayant soulevé l’enthousiasme, et rassemblé des milliers de spectateurs à chaque fois, ils décidèrent, en accord avec les responsables de l’entreprise propriétaire, d’équiper les lieux de façon permanente pour en faire un espace culturel original et performant.

Ils fondèrent, en 1996, l’Association Belle Usine, afin de regrouper sponsors et soutiens de la troupe. C'est ainsi que la vieille usine est devenue un lieu de plaisir et de fête… Les Vilains Bonzhommes y ont présenté bien d'autres créations comme Les Contes d'Eva Luna (1999) et les Sept Couleurs du Ciel (2001). Ils ont même retrouvé leur veine clownesque et musicale pour le Cabaret (1999 et 2000) Radio-Folies (2002) et pour finir, en 2004, Pique, Nique, Douille

D’autres lieux pour d’autres création

Leurs nouveaux projets de grandes créations n’ayant pas obtenu l’agrément de l’ABU (Association Belle Usine), les Vilainsbonzhommes durent se mettre en quête de nouveaux lieux susceptibles d’accueillir leurs rêves.

Après avoir pris le large à bord d’un magnifique théâtre-bateau, au milieu de la ravine, en été 2006 pour y jouer une nouvelle version multimédia de l’opéra aquatique. Le Petit Tom et la Mer , les Vilains Bonzhommes aménagent un ancien dépôt de fruits, pour y monter Shakespeare enfin, en 2008, une comédie endiablée inspirée de la pièce romantique du grand Will Beaucoup de bruit pour rien .

Nouveaux lieux et nouveaux délires, en 2010 et 2011 avec la création de Tout Shakespeare en abrégé , une nouvelle traduction et adaptation d’un monument du rire, de la dérision et de la performance d’acteurs déchaînés. Dans une salle du Cercle à Fully, magnifiquement aménagée et décorée pour accueillir des foules de spectateurs secoués par les rires. Spectacle repris en automne au Casino de Saxon.

Retour à la Belle Usine

Fin 2011, une transaction judiciaire met un terme à un long conflit avec l’ABU, par la reconnaissance du rôle des VBZ et de leurs avances financières à l’origine de la Belle Usine. Suite à cet arrangement, un accord a pu être trouvé, pour une utilisation de l’Usine par les VBZ au printemps 2013 et 2015, pour y monter deux grands spectacles comme ils les rêvent…

Au printemps 2013, ce sera une nouvelle création intitulée « Les Chemins de la Mer » qui racontera, par le théâtre, la danse et la chanson, l’épopée des émigrants valaisans vers l’Argentine au milieu du XIXème siècle. Pour monter ce grand spectacle, couplé avec une série de manifestations sur l’émigration (films, témoignages, concerts, conférences), les VBZ feront appel à tout ce que la région compte comme talents : comédiens, chanteurs, danseurs, musiciens de même qu’à toutes les bonnes volontés désireuses de participer à cette belle aventure… Afin de retrouver dans la Belle Usine, l’allégresse, la poésie, l’énergie et l’ambiance inimitable des grandes créations de la troupe..

L’aventure des Vilains Bonzhommes est avant tout une histoire de passion, de création et d’amour. Les projets fourmillent pour les quinze ans à venir… Au moins !

Et la magie continue…